En tant que dirigeant, vous avez certainement entendu parler du « droit à la déconnexion », entré en application à l’été 2017. Et quoi que vous en pensiez sur la forme, sur le fond l’idée de débrancher de temps en temps ne peut qu’être bénéfique. Pas uniquement pour les salariés : pour le boss que vous êtes aussi.… Car si quelqu’un a toujours de bonnes raisons de refuser une petite coupure, c’est bien vous… 

Déconnecter, c’est bon pour votre santé

Statistiquement, c’est indéniable : les chefs d’entreprise prennent moins de vacances, et font des nuits plus courtes que leurs employés. Et lorsqu’ils font un break, la technologie leur permet désormais de ne jamais vraiment déconnecter... Avec des conséquences réelles sur leur stress, leur énergie, et leur santé.

Au quotidien, c’est aussi bon pour votre entreprise

Surtout, déconnecter est essentiel si vous voulez réussir. Tenir le rythme toujours soutenu d’une entreprise en développement, réfléchir à sa stratégie à moyen-long terme, entretenir sa motivation : tout cela demande de se ménager des plages, sinon de repos, du moins de recul. C’est bien tout le paradoxe : c’est en déconnectant de temps en temps qu’on se reconnecte pleinement !
 

Des vacances vraiment « rentables » ? C’est jouable…

Ce qui est valable au quotidien est encore plus vrai pour les vraies, longues coupures. Pour un dirigeant, les vacances ne sont pas un luxe, mais une nécessité. Et comme elles sont plus courtes que celles des autres, elles doivent être encore plus profitables. Donc surtout pas entrecoupées de coups de fil ou d’emails. Plus compliqué que pour un salarié ? Certainement. Mais faisable quand même…